Monde

RDC : Tensions politiques : Leila Zerrougui appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à encourager une « résolution négociée »

KINSHASA, le 08 décembre 2020 MNCTVCONGO—— La Représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies en République démocratique du Congo, a appelé, lundi 07 décembre 2020, le Conseil de sécurité à encourager une « résolution négociée » des tensions politiques actuelles et rappelé que la protection des civils demeure la « priorité centrale » de la Mission des Nations Unies dans le pays (MONUSCO), dont le mandat doit être bientôt renouvelé.

C’est ce qu’indique le site internet de cette Organisation Mondiale. Madame Leïla Zerrougui, a déclaré que « la situation politique que traverse actuellement la République démocratique du Congo, est très incertaine ». 

Intervenant par visioconférence depuis la ville-province de Kinshasa, elle a précisé que « nous traversons malheureusement une période de tensions politiques accrues, marquée par des divergences persistantes entre les membres de la coalition au pouvoir ». 

Au sujet de l’annonce de la fin de coalition entre le Front Commun pour le Congo et le Cap pour le Changement faite dimanche par le Président Félix Tshisekedi dans son discours à la Nation, la Responsable de la Mission Onusienne en RDC a déploré les heurts qui s’en sont suivi lundi.  « Nous devons malheureusement déplorer aujourd’hui des échauffourées entre militants des deux forces politiques autour du Parlement », a dit Mme Zerrougui. 

Selon elle, la RDC ne peut pas se permettre une crise institutionnelle grave. « Elle a besoin d’institutions stables et fonctionnelles se remettant au travail le plus vite possible et se concentrant sur le relèvement économique national et la stabilisation de l’est du pays, avant les élections générales prévues en 2023 », a-t-elle souligné.

Au vu de ces tensions, la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) a rencontré au cours du mois dernier de nombreux représentants des forces politiques et de la société civile concernées, pour les encourager à résoudre leurs différends par le dialogue, et éviter toutes provocations susceptibles d’inciter à la violence. La mission onusienne a également souligné la nécessité pour ces acteurs de concentrer leurs efforts pour trouver un accord sur les politiques de stabilisation et les réformes institutionnelles essentielles à l’amélioration de la sécurité et de la vie quotidienne des Congolais.

« Nous continuerons à faire usage de nos bons offices pour faciliter une résolution rapide et pacifique de cette situation politique délicate qui, si elle persistait, pourrait avoir des répercussions sérieuses sur la situation économique et sécuritaire du pays dans le contexte de la pandémie de Covid-19 », a mis en garde Mme Zerrougui, qui dirige également la MONUSCO.

Pour rappel, le Président de la RDC, Félix Tshisekedi, a annoncé le dimanche 06 décembre la fin de la coalition, unissant le Cap pour le changement (CASH) qui appuie l’actuel chef d’Etat congolais, et le Front commun pour le Congo (FCC) qui regroupe les soutiens de son prédécesseur Joseph Kabila. Cette coalition avait permis de former une majorité parlementaire. Félix Tshisekedi a également annoncé la nomination prochaine d’un informateur pour requalifier la majorité au sein de l’Assemblée nationale.

En réaction, le FCC a indiqué lundi avoir pris acte de cette décision et s’est dit prêt pour aller dans la cohabitation. Se réclamant toujours majoritaire, il a appelé les ministres CACH à se retirer des gouvernements central et provinciaux. En outre, la famille politique de Joseph Kabila a promis de demander à son autorité morale de donner sa position par rapport à la situation politique actuelle. 

Richard Muteta

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 ⁄ 2 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?