Monde

RDC-Sénat : Visé par une nouvelle pétition, Samy Badibanga saisit la Cour Constitutionnelle pour obtenir son annulation

KINSHASA, le 12 Février 2021 MNCTVCONGO—— Visé par une nouvelle pétition de déchéance, le premier vice-président du Sénat, Samy Badibanga Ntita, a saisi la Cour Constitutionnelle pour obtenir l’annulation de cette dernière. 

Dans une lettre adressée au président de la haute cour du pays, au travers son avocat Me Mazu Makumbu, le seul rescapé du Bureau Thambwe-Mwamba dénonce la violation des articles 19 alinéa 3, 27 et l’article 60 de la Constitution, ainsi que les droits fondamentaux garantis aux particuliers par les pétitionnaires. 

En effet dans cette correspondance, l’avocat de M. Badibanga fait remarquer que, « les pétitionnaires dans le but de ne pas donner à leur accusé d’organiser sa défense, sachant bien qu’il a un bureau au sein du Sénat en sa qualité du premier vice-président du Sénat, vont, contre toute attente, faire signifier leur pétition, soi-disant dans une des résidences de l’accusé qui est autre que son Bureau ».

Et d’ajouter : « ne l’ayant pas trouvé, ces derniers vont instrumenter leur exploit d’huissier par le canal de la commune de la Gombe qui n’a jamais transmis ladite pétition à qui de droit, cependant elle circule sur les réseaux ». Un comportement, explique-t-il, qui viole manifestement les dispositions de l’article 19 alinéa 3 de la Constitution qui consacre le droit de la défense d’une part et la mauvaise interprétation de l’article 27 de la Constitution de la République valant la violation de la Constitution d’autre part. 

Il relève également que l’initiatrice de la pétition, la sénatrice Victorine Lwese, qui était, au moment de la signature de cette pétition, déjà membre du Bureau d’âge qui devra être examiné cette dernière, ne peut pas être elle-même juge et partie. Ainsi pour lui, l’action des pétitionnaires n’est rien d’autre que l’acharnement stérile et surtout qu’il est interdit par le règlement intérieur du sénat d’initier une seconde pétition au cours de la même session contre la même personne et pour les mêmes faits. 

Par ailleurs, d’après nos confrères de Cas-info.ca, le sénateur Samy Badibanga manifesterait l’intention de ne pas quitter son poste, indiquant que le pouvoir leur appartient. « C’est notre Pouvoir à nous le Baluba, jamais le Bangala, ni le Baswahili ne peuvent obtenir ma destitution au Sénat. Oyo Bokonzi na biso [ en français, ça c’est notre pouvoir]. J’ai travaillé durement en Europe pour faire vivre la Famille Tshisekedi et aujourd’hui elle me doit tout. », aurait-il lâché. 

Du côté des pétitionnaires l’on s’interroge : que cache réellement le sénateur Badibanga en voulant s’accrocher à son poste au sénat? Alors que tout le bureau avec qui il a géré à démissionné. Il est le seul à pouvoir bien travailler? Pourtant il était quasi absent dans toutes les plénières.

Pour rappel, le 6 Février dernier, alors que le sénat venait de rejeter la première pétition le visant, au moins 15 sénateurs ont déposé au Bureau d’âge une nouvelle pétition de déchéance du Premier Vice-président du Bureau définitif Samy Badibanga, à l’initiative de la sénatrice Victorine Lwese Bakwamoyo. 

Richard Muteta

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 19 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?