Monde

RDC : Retrait progressif des troupes onusiennes, la MONUSCO et le gouvernement signent un plan de transition

KINSHASA, le 16 septembre 2021 MNCTV CONGO —— ; Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a présidé, le mercredi 15 septembre 2021 à la Primature, la réunion relative à la signature du plan de transition pour le retrait progressif de la Mission de l’Organisation des Nations-Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO), de la République Démocratique du Congo. 

Le Ministre d’Etat au Plan, le Vice-Ministre des Affaires étrangères et la délégation de la MONUSCO ont pris part à cette réunion.

Bintou Keita, Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations-Unies en RDC, qui conduisait la délégation onusienne a indiqué qu’il s’agit de la conclusion d’un long travail entre les deux partenaires notamment la MONUSCO et le Gouvernement Congolais.

« Je suis ici avec toute une équipe. Nous avons rencontré son Excellence Monsieur le Premier Ministre afin de conclure le travail qui nous a tous occupés depuis l’établissement du groupe de travail conjoint le 5 juillet dernier, pour signer le Plan de transition de la MONUSCO et que ce plan, en le signant, soit formellement transmis au Conseil de sécurité Des Nations-Unies. Et donc, ce document va être discuté au Conseil de sécurité et d’ici quelques temps, nous aurons un retour de ce que les membres du Conseil de sécurité apprécient et comprennent des discussions. Parce que nous avons vraiment eu des discussions, des échanges et de vrais dialogues entre la partie gouvernementale et la partie onusienne. Sous le leadership de Monsieur David Mclachlan-karr et de toute l’équipe, à la fois des agences, fonds et programmes et de la mission de la Monusco », a confié  à la presse la patronne de la mission onusienne en RDC.

Le  document signé  donne avec précision  des indicateurs  sur le retrait progressif de la mission onusienne.

« Ce document contient 18 jalons et beaucoup d’indicateurs qui expliquent comment le travail doit être fait, donc mis en œuvre pour qu’à un moment donné, la mission qui s’appelle Monusco puisse partir de façon graduelle, responsable et durable de la République Démocratique du Congo », a indiqué Bintou Keita.

À en croire la partie gouvernement, ce Plan s’exécutera jusqu’en 2024.

« Il contient non seulement les étapes qui devront être franchies en termes de violences à l’Est du pays, mais aussi les obligations du Gouvernement congolais et de la Monusco », a déclaré Christian Mwando, Ministre d’Etat au Plan à l’issue de cette séance de travail.

« Vous savez que depuis un certain temps, le Chef de l’État nous avait donné la mission de finaliser avec la Monusco, le Plan de transition pour la sortie échelonnée et durable de la MONUSCO de la République démocratique du Congo. Donc, nous nous sommes mis d’accord entre les deux parties et nous avons fait un plan jusqu’à l’horizon 2024. Ce plan précise les obligations du Gouvernement congolais et de la Monusco. Ce plan donne également les étapes qui doivent être franchies en termes de fin des violences au niveau particulièrement de l’Est, au niveau de la protection de la population, au niveau de la stabilisation communautaire, au niveau du désarmement et de la réinsertion. Nous avons mis ensemble ces idées. Nous nous sommes mis d’accord sur des étapes à franchir, et c’est cet accord-là qui a été formalisé aujourd’hui entre les deux parties. Il va rester maintenant l’étape de l’exécution sur laquelle nous allons encore nous mettre d’accord à partir du moment où nous aurons l’accord final du Conseil de sécurité », a brièvement expliqué  Christian Mwando Nsimba.

Il faut dire que depuis plus de deux décennies sur le sol congolais, le bilan de la MONUSCO a toujours été  jugé mitigé voire négatif par les acteurs socio politiques congolais.

Bien avant Félix Tshisekedi, l’ancien  Président Joseph Kabila avait réitéré l’exigence de son gouvernement, de retirer la mission onusienne en RD Congo pour ses résultats qu’il jugeait “mitigés”. 

«…Aussi, vingt ans après le déploiement des forces onusiennes dans mon pays, et en raison de leurs résultats largement mitigés au plan opérationnel, mon Gouvernement réitère son exigence du début effectif et substantiel du retrait de cette force multilatérale », avait déclaré Joseph Kabila du haut de la tribune de la 73ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New-York.

Junior-Gradel IKA

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 13 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?