Monde

RDC-Politique : Jean Pierre Lola Kisanga, de l’opérateur politique à l’opportuniste politique [Enquête]

KINSHASA, le 03 novembre 2020 MNCTVCONGO—— Dans une déclaration écrite en date du lundi 02 novembre 2020 à Kinshasa et relayée par plusieurs médias, le Sénateur membre du Front Commun pour le Congo Jean Pierre Lola Kisanga a annoncé « apporter son soutien à la démarche du Président de la République » à travers un « acte d’engagement irrévocable » qu’il a signé.

Ceci en marge des consultations amorcées le même lundi par Félix Tshisekedi pour former « l’Union sacrée pour la nation » qui va gérer le pays.

Tout à fait normal. Mais encore une fois, l’homme démontre aux yeux du monde entier son caractère d’opportuniste politique au regard de ce que renseigne son parcours. Prêt à sauter sur les opportunités afin d’avoir un poste, même par la trahison et la tricherie.  

Tout part des élections de 2006, les premières élections de la troisième République. Alors du RCD, il est élu sénateur et obtient le poste de Rapporteur Adjoint du Sénat. En 2011, lorsqu’il voit la fin du RCD arrivée, il claque la porte pour adhérer à l’Éveil de la Conscience pour le travail (ECT). Cependant, malgré son départ du RCD l’homme tenait à tout prix à conserver le poste de Rapporteur Adjoint du Sénat qu’il a occupé grâce à ce parti politique. Il va procéder par la tricherie en signant sa femme, Madame Sandra Basila, comme membre fondateur de l’ECT en son nom. 

En 2015, à la faveur du découpage, Mr Lola Kisanga démissionne, cette fois très officiellement du RCD et du poste de Rapporteur Adjoint du Sénat pour aller occuper le poste de Commissaire de la province du Haut Uélé, dont il sera plutard Gouverneur, pour le compte de l’ECT. Fidèle à son comportement de politicien à la recherche de poste, il est élu Sénateur en 2018 au nom de l’ECT. Comme cela ne suffisait pas, il va se présenter aux élections de Gouverneur dans la Haut Uélé. Malheureusement il va échouer à ces scrutins. 

Constatant son échec à ces élections et toujours avide des postes, il rentre à Kinshasa pour combattre le candidat de son propre regroupement AAB, Jean Tibasima, aux élections des membres du bureau du Sénat, tout simplement parce qu’il voulait être à nouveau au bureau du Sénat. 

Et voilà une nouvelle fois aujourd’hui, parce qu’il faut aller à la mangeoire, l’homme de Lola Kisanga dans sa casquette d’opportuniste politique, est prêt à trahir son camp politique, le FCC, et tous ceux qui l’ont façonné en politique et qui lui ont tout donné. 

Ce qui est grave et incompréhensible, il cherche du lait, mais dans sa déclaration il ne dit nulle part où il démissionne de son regroupement AAB et du parti ECT. Il dit soutenir la vision du Chef de l’État, alors qu’il ignore que c’est cette même vision que soutient la coalition FCC-CACH. Tout ça pour son opportunisme politique et la recherche d’un poste dans le seul but de satisfaire ses propres intérêts.

Cette auto-exclusion de Mr Kisanga de l’ECT n’est pas sans conséquence. Selon le député national Boniface Balamage, celui-ci risque de perdre son mandat de sénateur acquis au nom de l’ECT. « Conformément à nos textes, ce camarade a quitté de lui-même notre parti politique », relève le président de l’ECT. « La loi dit qu’un élu qui quitte volontairement son parti, c’est le cas ici, perd son mandat », précise-t-il. 

Francine Kapinga depuis Paris

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 × 23 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?