Monde

RDC : L’Etat Islamique revendique une nouvelle attaque à Loselose dans le territoire de Beni 

BENI, le 29 décembre 2020 MNCTVCONGO—— Les rebelles ougandais islamistes des ADF ont revendiqué, lundi 28 décembre 2020, une attaque contre une position de l’armée congolaise dans le village Loselose, situé dans le groupement Bolema, secteur de Ruwenzori à environ 10 Kilomètres au Nord-Est de la commune de Bulongo, dans le territoire de Beni au Nord-Kivu, dans la partie Est de la République démocratique du Congo. 

Il s’agit d’une attaque de vengeance signée par ce mouvement appartenant à l’État Islamique qui intervient une semaine après la neutralisation de 14 de leurs combattants par les Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC), lors des affrontements survenus dans la vallée de Semuliki, dans le même secteur de Ruwenzori.

Dans une vidéo publiée par ces rebelles même, on aperçoit des hommes armés ayant déjà mis le feu sur plusieurs cases du village Loselose, mais aussi un petit garçon montrant le raid de l’État islamique sur le sol congolais. 

Dans la même vidéo on peut entendre la voix d’un des combattants parlant l’arabe et le swahili qui déclare : « ça c’est une autre défense qui se trouve à Loselose sur la place appelée Shamnana, une autre défense des incirconcis ennemis de Allah (Dieu) ». 

Jusqu’à présent, aucun bilan de cette attaque n’a été dévoilé, ni du côté de l’armée rd-congolaise, ni des assaillants. 

Les ADF ont été fondées fin 1995 par la réunion de plusieurs mouvements d’opposition au président Yoweri Museveni dont l’Allied Democratic Movement, la National Army of Liberation of Uganda et l’Uganda Muslim Liberation Army ainsi que d’anciens soldats des Forces armées zaïroises et rwandaises en 1996. Implanté dans la chaîne Rwenzori, le mouvement a réussi à élever son effectif en un an d’existence de 500 à 1 500 combattants et a étendu son activité dans le sud-ouest du pays.

Depuis 2014 les tueries sont chroniques dans la région suite à leur présence. Plus de 3500 civils ont été tués. En octobre 2019, les FARDC ont lancé des opérations de grande envergure contre ces rebelles et d’autres groupes armés locaux et étrangers présents dans les provinces du Sud-Kivu, Nord-Kivu et de l’Ituri. 

Steve Wembi/ Investigative Journalist

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 × 1 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?