Monde

RDC : « l’état de siège ne doit pas porter davantage atteinte aux droits humains » [Amnesty International]

KINSHASA, le 06 Mai 2021 MNCTV—— Amnesty International a appelé, dans un communiqué rendu public ce jeudi 06 Mai, les autorités de la République démocratique du Congo à veiller à ce que « l’état de siège » qui a débuté dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ne porte pas davantage atteinte aux droits humains garantis par le droit international des droits humains.

« Alors que les autorités de la RDC ont la responsabilité de protéger les gens contre les attaques violentes, les pouvoirs d’urgence de l’état de siège peuvent conduire à davantage de violations des droits de l’homme s’ils sont maltraités. Ils doivent être exercés d’une manière qui entraîne des violations des droits de l’homme, de la manière la moins restrictive et le plus rapidement possible, conformément aux normes internationales relatives aux droits de l’homme », a déclaré Deprose Muchena, directrice régionale d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Est et australe.

Et de poursuivre : « Amnesty International appelle les autorités de la RDC à veiller à ce que des garanties efficaces soient mises en place afin que les pouvoirs extra-gouvernementaux pendant l’état de siège ne soient appliqués que dans la mesure strictement nécessaire, soient proportionnés aux objectifs poursuivis et ne soient pas appliqués de manière discriminatoire ».

Pour cette organisation de défense des droits de l’homme, « le pouvoir accordé aux tribunaux militaires sur les civils doit être révoqué parce que les tribunaux militaires ne garantissent pas l’indépendance et l’impartialité requises en vertu du droit international des droits de l’homme, en plus de ne pas garantir aux tribunaux militaires opérationnels le droit de la défense et le droit de faire appel ».

Dans son communiqué, Amnesty International a précisé que la RDC est un État partie à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples qui n’autorise aucune dérogation aux droits de l’homme qu’elle garantit en aucune circonstance.

À titre de rappel, l’« état de siège » a été décrété par le Président Félix Tshisekedi le 3 Mai 2021, dans l’objectif de rétablir la paix et la sécurité dans les deux provinces de l’est du pays touchées par des tueries à grande échelle et insécurité causés par les groupes armés qui ont déjà fait des milliers de morts et forcé d’autres à fuir leurs maisons. Pour matérialiser cette mesure deux généraux avec leurs vices ont été nommés par le Président pour diriger les deux provinces.

Barak Munyampfura Héritier

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 + 27 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?