Monde

RDC : Les services de sécurité pris en otage par la présidence? (Tribune)

KINSHASA, le 11 novembre 2020 MNCTVCONGO—— Où allons en République Démocratique du Congo ? Le respect des textes et lois de la République ne représente-t-il plus rien? Pouvons – donner raison à ceux qui parlent d’une République bananière? 

Nul n’ignore que la charte fondamentale de la République démocratique du Congo est et restera la Constitution. Celle-ci est appuyée et secondée par d’autres textes et lois qui régissent au quotidien la République. Et les pouvoirs en RDC sont bien partagés, et sont de ce fait bien distincts des autres organisations ou structures d’appui.

Un directeur de cabinet n’est pas membre du gouvernement. Il ne fait partie d’aucune institution du pays.

Le fait déplorable et ignoble connu ce mardi 10 novembre 2020, à l’aéroport international de Ndjili laisse couler des larmes dans le cœur de tout patriote épris de bon sens. 

L’opinion retiendra qu’en date 26 octobre de l’année en cours, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, par sa correspondance à Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, invitait ce dernier à tout mettre en œuvre pour la réussite de la 4ème édition de la Conférence Minière de la RD Congo (cf. Copie en annexe).

Qui d’autre pouvait représenter le Gouvernement à ces assises, sinon le Ministre des Mines?

Aujourd’hui c’est un directeur de cabinet du Président de la République qui se paie le luxe d’outrepasser l’ordre de mission du Premier Ministre, et par conséquent va à l’encontre de l’esprit de la correspondance du Président de la République.

De ce qui précède, pouvons dire que le Chef de l’État n’agit mais il est agi, ou c’est juste la pure volonté de vouloir implanter la dictature dans un pays indépendant depuis 60 ans?

Dans tous les deux cas, le peuple s’indigne et clame tout haut : “Trop c’est trop!”.

Les services de sécurité sont actuellement à la solde du Ministère de l’intérieur qui les manipule à sa guise, les textes et lois de la République sont continuellement bafoués au plus haut niveau sans scrupule. Mais entre temps, c’est la République qui recule et la crise s’accroît.

Chers compatriotes ouvrons l’œil face à cette dérive dictatoriale.

Jean Paul Kadima

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 16 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?