Monde

RDC : Les anciens présidents du Parlement appellent la communauté nationale à considérer la situation de l’est comme une urgence

KINSHASA, le 05 Mai 2021 MNCTV——Dans une déclaration, ce mercredi 05 Mai 2021, le collectif des anciens présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo du Congo se dit préoccupé par l’aggravation et la persistance des tueries atroces et massives de la population civile, particulièrement à l’est du pays dans un cycle des guerres asymétriques marqué par des actes d’un terrorisme de plus complexe rappelant l’Holocauste du siècle dernier. 

Ce collectif qui dénonce et condamne la persistance de l’insécurité des massacres à répétition des compatriotes à l’est, appelle la communauté nationale à considérer la situation des l’Est non plus comme une priorité, mais comme une urgence et de lui accorder une prise en charge nationale.

De manière particulière, au Chef de l’État et au gouvernement de prendre des mesures nécessaires et efficaces pour mettre fin définitivement aux tueries ; la classe politique de faire taire les querelles partisanes et des se surpasser pour construire un consensus autour des la question sécuritaire de l’Est.

Les anciens présidents de deux chambres du parlement congolais appellent également la société civile à s’impliquer plus activement dans la sensibilisation de la population de l’est du pays, afin d’accompagner les forces armées dans le combat contre les terroristes et qui endeuillent la RDC ;

Les pays amis et frères membres de la communauté internationale, d’accompagner l’État congolais par une assistance logistique et d’expertise dans la lutte contre le terrorisme ; mais aussi les acteurs impliqués dans l’insécurité à l’est de manière directe ou indirecte d’arrêter avec les massacres. 

Aubin Minaku, Léon Kengo Wa Dondo, Thomas Luhaka, Evariste Boshab, Philomène Omatuku, Alexis Thambwe-Mwamba, le Cardinal Laurent Mosengwo et Olivier Kamitatu, signataires de cette déclaration, demeurent convaincus que la pacification et la sécurisation du territoire relève de la responsabilité première des congolais. 

Richard Muteta

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 18 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?