Monde

RDC : La communauté Banyamulenge alerte le Secrétaire Général de l’ONU sur le nettoyage ethnique des ses membres dans les Hauts-Plateaux du Sud-Kivu

KINSHASA/WASHINGTON, le 29 Avril 2021 MNCTV—— La communauté Banyamulenge vivant en République Démocratique du Congo et aux États-Unis dénonce le projet macabre à l’encontre de ses membres. 

Dans une lettre adressée au Secrétaire Général de l’ONU à laquelle mnctvcongo.net a pu accéder, celle-ci alerte que les miliciens Maï-maï qui auraient la bénédiction de certains membres de forces de sécurité congolais visent à déraciner la communauté Banyamulenge dans les hauts plateaux de la province du Sud-Kivu.

Dans cette lettre, la communauté Banyamulenge précise à Antonio Gutteres que les dernières attaques à Katobwe et Kahololo à Rurambo, en territoire d’Uvira, dans l’Est du pays, a semblé réussir à nettoyer la zone de toute présence de Banyamulenge.

« Face à l’inaction face à nos précédentes mises en garde, par lettres du 27 Avril 2020 et du 29 Juin 2020, sur le siège de la communauté Banyamulenge par une coalition de milices Maï-maï et groupes armés étrangers avec la complicité d’éléments de l’armée congolaise, nous écrivons cette lettre, avec sentiment profond de désolé et de désespoir, pour une ultime sonnette d’alarme sur le nettoyage ethnique en cours en phase finale ciblant notre communauté dans l’ensemble des hauts plateaux du Sud-Kivu », peut-on lire dans cette lettre de la communauté Banyamulenge à Antonio Gutteres. 

La communauté Banyamulenge ajoute qu’après quatre ans d’attaques concertées par une coalition de milices Maï-maï et de groupes armés étrangers ciblant la communauté Banyamulenge dans le Bijombo, Mikenke, Minembwe et ses environs, le territoire septentrional des moyens et des hauts plateaux s’étendant de Katobwe et Kahololo à Rurambo a été récemment le nouveau théâtre d’attaques qui semblent réussir à nettoyer la zone de toute présence de Banyamulenge.

« Au moment de la rédaction de cette lettre, la zone a été presque totalement nettoyée de toute présence Banyamulenge. Les membres de cette communauté ont soit été tués, forcés de fuir ou se cachent toujours dans les buissons, traqués par les assaillants. Cette dernière vague d’attaques a créé une catastrophe humanitaire par laquelle ceux qui fuient les attaques, femmes, hommes, les enfants, petits et grands, sont contraints de marcher plus de 50 km dans des environnements inhospitaliers sans assistance et une peur constante de l’extermination », indique Charles Mukiza, président de la Mutualité de Kinshasa.

Il ajoute que beaucoup sont bloqués entre Lemera et Bwegera sans assistance et avec des garanties de sécurité limitées. Cependant, en raison d’une vague croissante de discours de haine et une puissance de feu accrue des forces attaquantes des Maï-maï et de Red-Tabara du Burundi, cette paix fragile a été rompue depuis la mi-mars 2021. 

« Le caractère systématique et coordonné des attaques récentes montrent clairement que l’objectif ouvertement déclaré de nettoyer les hauts plateaux de toute la présence Banyamulenge et l’expulsion des membres de cette communauté hors des frontières de la RDC est largement atteint. Le 16 mars, les Maï-maï Ilunga et Red-Tabara ont lancé des attaques dans la région de Kahololo, faisant 4 morts, incendiant 3 villages (Kageregeri, Kahundwe, Rwinkubo) », déplore pour sa part Mme Adèle Kibasumba de la Communauté Banyamulenge aux USA. 

Elle ajoute qu’en date du 21 Avril 2021, quatre autres villages à savoir Nyakamungu, Kageregeri 2, Mugono et Birindiro ont été attaqués et brûlés. Le 23 Avril, 16 villages qui avaient servi de refuge à la population Banyamulenge en fuite et en détresse ont été détruits sur les pentes des hauts plateaux vers la plaine de la Ruzizi où la plupart d’entre eux se trouvent actuellement stationnés dans des conditions inhospitalières, fatigués, affamés et dans la peur constante d’être exterminés.

Monsieur le Secrétaire général, la dynamique récente décrite ci-dessus montre clairement que l’inaction qui a suivi notre précédente lettre. Les avertissements ont enhardi ceux qui ont juré de nettoyer les hauts plateaux et toute la RDC. Selon la communauté Banyamulenge, plus 3000 déplacés de cette communauté et des morts depuis le début des attaques le 22 Avril 2021 dans la chefferie de Bafuleru en territoire d’Uvira.

Barak Munyampfura Héritier

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Résoudre : *
30 × 17 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?