Monde

RDC : Gédéon Kyungu dément avoir initié des négociations avec le gouvernement et dénonce un trafique de son nom et celui du MIRA

KINSHASA, le 25 Janvier 2021 MNCTVCONGO—— Perçu depuis un temps comme figure principale de la lutte pour l’indépendance du Katanga, Gédéon Kyungu Mutanga dit “Nkambo”, président du Mouvement des Indépendantistes Révolutionnaires Africains (MIRA), dément avoir entrepris des négociations avec le gouvernement congolais, ni délégué quiconque auprès de ce dernier pour la cause, depuis les évènements du 28 mars 2020. 

Dans une correspondance officielle adressée au gouvernement congolais en date du vendredi 22 Janvier 2021, celui-ci dit mettre en garde contre toute personne qui osera trafiquer son nom ou celui de son parti (MIRA) dans une telle démarche. Il regrette tout de même le fait que “le peuple Katangais continue à être maltraiter par le gouvernement national de la RDC”. 

« Moi, Nkambo Kyungu Mutanga Wa Bafukwa Kanonge Gédéon, président national du MIRA “Je tiens à informer le Président de la République démocratique du Congo, son gouvernement ainsi que son armée, que depuis la date du 28 mars 2020, date reconnue dans le monde entier que le gouvernement congolais avait massacré les paisibles citoyens Katangais innocents, jusqu’à nos jours le gouvernement congolais continue à maltraiter le peuple Katangais.” », lance le leader du MIRA dans ce message. 

Et d’ajouter :

« Sur ce, moi Nkambo Kyungu Mutanga Wa Bafukwa Kanonge Gédéon, je ne reconnais pas ni de près ni de loin d’avoir envoyé qui que ce soit comme ma délégation auprès de votre gouvernement congolais pour n’importe quelle négociation à la place ou au nom du MIRA ni à Kinshasa ni à Lubumbashi ». 

« De tout ce qui précède, je décline toute ma responsabilité aux membres du MIRA ou qui que ce soit qui osera trafiquer mon nom ou le nom du MIRA auprès du gouvernement congolais », conclut-il. 

Pour rappel, lors de l’incursion des miliciens Bakata Katanga dans plusieurs coins des provinces du Haut-Katanga et du Lualaba, le 28 mars 2020, 30 d’entre eux avaient été tués et plusieurs autres blessés, par les Forces Armées de la République démocratique du Congo. 

En octobre 2020, une autre attaque de ce mouvement avait été déjouée à Lubumbashi par les forces de l’ordre. Des morts et des blessés avaient été également enregistrés départ et d’autres. 

Gédéon Kyungu Mutanga à qui on attribue ce mouvement est depuis ces événements, recherchés par le gouvernement congolais sur instruction du Président de la République, Félix Tshisekedi, qui avait ordonné son arrestation, en exécution des recommandations des enquêtes menées par une commission mise en place à la suite la première incursion. 

Richard Muteta

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 15 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?