Monde

RDC-EPST : « Les enseignants ont le droit d’aller en grève s’ils estiment que leurs droits ne sont pas servis » [Fridolin Ambongo] 

KINSHASA, le 01 décembre 2020 MNCTVCONGO—— Le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu a reçu, ce mardi 02 décembre 2020 au Centre Lindonge, le Ministre d’État en charge de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, Willy Bakonga. Les deux personnalités ont échangé autour de la question de la gratuité de l’enseignement de base en République démocratique du Congo qui peine à s’installer convenablement. 

Au sortir de cette rencontre, le Cardinal Fridolin Ambongo a confié à la presse que l’église catholique est le tenant de la gratuité de l’enseignement et continue à la soutenir, estimant cependant que cela doit se faire de manière réaliste.

Selon lui, « les enseignants ont le droit d’aller en grève s’ils estiment que leurs droits ne sont pas servis », et c’est « constitutionnel », a-t-il précisé. 

Appelant à la responsabilité de toutes les parties prenantes dans cette gratuité, c’est-à-dire, le gouvernement, qui selon lui, doit respecter ses engagements pour remplir les conditions de l’applicabilité de cette mesure ; mais aussi l’enseignant, qui doit s’impliquer pour remplir c’est son engagement de former les enfants, il estime que les parents d’élèves ont également un rôle à jouer dans ce conflit.

Pour le Cardinal Ambongo, si les parents font pression sur les deux camps, un compromis sera trouvé. 

Se réjouissant pour sa part de cet échange, le Ministre de l’EPST Willy Bakonga indique avoir rappelé au Cardinal que « la gratuité de l’enseignement primaire est irréversible, les frais de motivation jadis payés par les parents sont proscrits, le Gouvernement œuvre pour une meilleure prise en charge des enseignants avec le 2ème pallier prévu dans le budget 2021…».

Il ajoute par ailleurs, qu’au terme d’un « échange de qualité ayant connu la participation des experts de l’EPST et des conseillers du Cardinal Ambongo, l’opinion devra attendre dès demain toutes les résolutions qui seront annoncées par le Coordinateur provincial des écoles conventionnées catholiques ».  

Il faut noter que depuis la rentrée scolaire 2020-2021, plusieurs élèves sont privés des classes dans la capitale Kinshasa et dans les provinces, à cause des mouvements de grève entamés par les syndicats des enseignants qui réclament toujours une meilleure prise en charge de la part de l’État. D’autres institutions scolaires ont carrément demandé aux parents de payer eux-mêmes. 

Richard Muteta

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Résoudre : *
6 − 2 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?