Monde

RDC : Affaires Access Bank : le Coordonnateur de l’APLC dément toute fraude ou extorsion et explique où se trouve l’argent 

KINSHASA, le 18 décembre 2020 MNCTVCONGO—— Le Coordonnateur de l’Agence de prévention de lutte contre la Corruption (APLC), Ghislain Kikangala, a démenti toute fraude et extorsion dans l’affaire Access Bank.

Ceci en réaction aux allégations de corruption dont il fait l’objet et ses collaborateurs à la suite de la diffusion d’une vidéo sur la toile montrant certains agents de l’APLC au guichet d’Access Bank en train de percevoir de l’argent dans le cadre d’une enquête relative au blanchiment des capitaux dans cette banque.  

Dans une interview accordée à un média de la capitale Kinshasa, dont Mnctvcongo a exploité une séquence, Ghislain Kikangala explique que l’argent dont il est question se trouve plutôt dans la caisse publique que dans sa poche ou celles de ses collaborateurs. 

« Partant du principe que justement si tout ceux que l’on accuse d’être corrompus sont bêtes, caméra, reçu, témoin. Donc maintenant il faudrait établir que cet argent est toujours dans leurs poches ou pire que j’ai vu sûr qu’il y aient d’autres accusations, ou dans les miennes », explique Ghislain Kikangala avant de brandir un Procès-verbal de consignation des fonds du parquet général Kinshasa/Gombe où le parquet atteste avoir remis un montant de 30.000 dollars américains et un passeport à un sujet nigérian. 

Il soutient que « pour un juriste honnête quand il entend consignation, il comprend que cet argent n’est pas dans une poche privée », mais aussi le document confirme que « le parquet général est en charge de ce dossier parce qu’en plus de remettre le passeport, de remettre cet argent », l’APLC a remis son dossier et va encore l’alimenter, parce qu’il est énorme. 

Il faut signaler que le coordonnateur de l’APLC, Ghislain Kikangala et deux directeurs des opérations, Nzanza Luzy et Bondekwe Bo, ont été convoqués au parquet près la cour d’appel de Kinshasa/Gombe, ce vendredi 18 décembre, pour être auditionnés sur cette affaire.  

Jeudi la Présidence de la république a condamné ces faits, à travers un communiqué signé par le directeur de cabinet intérimaire. « Les investigations sont actuellement en cours en vue de tirer au clair ces faits, qui s’ils s’avèrent véridiques, sont condamnables et exposeront leurs auteurs à la rigueur de la loi », a précisé la Présidence de la République dans son communiqué. 

Richard Muteta

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 + 29 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?