Monde

RDC-Affaire Bukanga-Lonzo : l’IGF Jules Alingete appelle les personnes citées au calme

KINSHASA, le 12 Mai 2021 MNCTV—— Après la dernière conférence de presse du sénateur et ancien Premier Ministre Augustin Matata Ponyo sur la gestion des fonds alloués au Parc agro-industriel Bukanga-Lonzo, l’inspecteur général des finances, chef de service rétorque. Jules Alingete appelle les personnes citées dans ce rapport transmis à la justice au calme.

« Je crois qu’il est possible que la RDC ait un budget de dix milliards. Mais il faut une détermination des autorités qui animent les régies et savoir proposer les réformes. Il y a au moins quatre personnes citées dans le rapport de l’IGF sur le dossier Bukanga-Lonzo, mais nous constatons qu’il y a une seule personne qui s’agite avec des conférences de presse, de mobilisation », a déclaré Jules Alingete sur les ondes de la radio Top Congo. 

On ne peut pas se permettre tout, en étant à l’étranger de qualifier la justice de son pays comme politiquement instrumentalisée et de jeter l’opprobre sur un service comme l’IGF qui regorge des personnes de haute qualité. Nous comprenons que les gens sont rentrés précipitamment non pas pour répondre devant la justice mais pour mettre les bâtons dans les roues dans le processus en cours pour que leurs immunités ne soient pas levées, a-t-il ajouté.

S’agissant de la levée des immunités du sénateur Matata Ponyo, l’IGF Jules Alingete renvoie la balle au parquet près la Cour constitutionnelle.

« La procédure a été lancée par le parquet près la Cour constitutionnelle. Celui-ci sait s’y prendre. Quant à moi je demande que personne n’entrave le processus judiciaire dans l’intérêt de la vérité. Il y a trois ans, les congolais ont semé le maïs et ont récolté une Université », a-t-il fait savoir.

La défense d’Augustin Matata Ponyo estime plutôt que la levée des immunités d’un ancien Premier Ministre auprès du congrès comme le soutiennent certains juristes relève du mauvais droit. La Cour constitutionnelle n’est pas compétente pour juger l’ancien Premier Ministre, cette compétence revient  plutôt à la cour de cassation.

« Augustin Matata Ponyo est aujourd’hui sénateur. S’il doit être poursuivi ce sera fait selon l’action ou le réquisitoire du procureur général près la Cour de cassation. Son juge naturel au regard de sa qualité de sénateur est bien entendu le juge de la Cour de cassation. Juger Matata Ponyo devant la Cour constitutionnelle est du mauvais droit. Aussi, l’argument selon lequel le congrès est l’instance habilitée à lever les immunités de l’ancien Premier Ministre est une aberration en droit au regard de l’article 164 de la Constitution. Celui-ci démontre clairement la compétence de la Cour constitutionnelle qui s’occupe du président de la République et du Premier Ministre en fonction », a confié à Top Congo FM, pour sa part, Maître Laurent Onyemba.

S’agissant de la levée des immunités d’un ancien Premier Ministre comme président, le juge n’est plus celui de la Cour constitutionnelle. Pour le cas échéant, c’est plutôt le procureur général près la Cour de cassation qui doit lever les immunités d’Augustin Matata Ponyo.

Nous avons été estomaqués de constater que c’est le procureur général près la Cour constitutionnelle qui a adressé la demande de la levée des immunités aux deux chambres du Parlement. C’est du nouveau droit, a-t-il déploré. 

Junior IKA

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 × 28 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?