Monde

RDC : ACAJ s’oppose à la cession des mines d’or de la SOKIMO à la société canadienne AJN Ressources, sans « appel d’offres public »

KINSHASA, le 11 Mai 2022 MNCTV CONGO—— ; Dans une correspondance adressée, mardi 10 Mai 2022, au Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, l’Organisation non gouvernementale Action congolaise pour l’accès à la Justice (ACAJ) s’oppose à la cession à la société canadienne AJN Ressources de concessions des mines d’or de la SOKIMO, « sans appel d’offres public ».

« Nous sommes profondément préoccupés par l’information faisant état de la conclusion entre la République démocratique du Congo et la société canadienne AJN Ressources d’un contrat de cession des mines d’or de la SOKIMO dans la province de l’Ituri et celle du Haut-Uélé dont la mine de Moku, sans qu’il ait au préalable d’offres publics. Les membres du gouvernement qui ont engagé la République démocratique du Congo sont la ministre d’État en charge du portefeuille et la ministre des Mines », lit-on dans ce document de deux pages adressé au Chef du gouvernement par l’ONG Acaj. 

Cette dernière doute aussi de la capacité financière de cette société pour valoriser les mines d’or que l’État congolais veut lui céder et craint qu’elle ne les revende par la suite aux grandes places financières à l’insu des autorités congolaises. 

« Aussi, il nous revient que la société AJN Ressources n’est pas listée parmi les géants mondiaux de la filière aurifère et qu’elle ne disposerait pas de réelle capacité financière pour valoriser les mines d’or que l’État congolais entend lui céder. Elle va sûrement, par la suite, revendre le contrat sur les grandes places financières ; loin des regards des autorités congolaises », ajoute Maître Georges Kapiamba, Coordonnateur de l’Acaj. 

Faisant référence à ce qu’elle qualifie de « bradage » des actifs miniers de la société étatique COMINIERE SA sur les gisements de lithium de Manono, par l’octroi à Société étrangère sans capacité financière d’un permis d’un permis d’exploitation ; cette organisation de défense des droits de l’homme dénonce ce nouveau contrat sur les mines d’or qui porte préjudice aux intérêts du peuple congolais. 

Elle recommande pour ce faire au Premier ministre de suspendre l’exécution dudit contrat controversé et de reprendre la procédure d’appel d’offres afin de permettre à l’État d’identifier et traiter enfin dans la transparence avec une société partenaire fiable. 

Richard Muteta

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 × 8 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?