Monde

RDC : 150 morts entre le 11 décembre 2020 et le 10 janvier 2021 dans le territoire de Beni (OCHA)

KINSHASA, le 21 janvier 2021 MNCTVCONGO—— Au moins 150 personnes ont été tuées dans des attaques des hommes armés dans l’Est de la République Démocratique du Congo en territoire de Beni. Selon un communiqué du Bureau du Coordinateur Humanitaire en RDC, ce bilan est du 11 décembre 2020 jusqu’au 10 Janvier 2021.

Le Coordonnateur humanitaire en RDC, David McLachlan-Karr condamne fermement les massacres, les enlèvements et autres atteintes aux droits de l’homme, perpétrés cycliquement par les éléments armés dans le territoire de Beni, à l’encontre d’une population civile impuissante.

Cette situation humanitaire perdure depuis des années, dans la plus grande impunité, et les conséquences humanitaires sont préoccupantes. Il appelle le Gouvernement congolais à renforcer les
mesures de protection.

« La situation est aussi alarmante qu’inacceptable. Je condamne fermement ces actes de violences qui contribuent fortement à augmenter la vulnérabilité des populations. J’exhorte les éléments armés à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et à protéger les personnes comme les infrastructures civiles » s’exprime-t-il.

En effet, depuis novembre 2019, les violences se multiplient à Beni et se sont étendues sur les territoires frontaliers, d’Irumu et de Mambasa dans la province de l’Ituri.

Les civils, dont une majorité de femmes et d’enfants, sont la cible de violences répétées qui ont fait plus de 150 morts entre le 11 décembre 2020 et le 10 janvier 2021, plus de 100 personnes enlevées et de blessés. Des pillages de structures sanitaires, de ressources naturelles, des incendies de maisons ont été aussi rapportés.

Au 10 janvier 2021, ce sont plus de 67 000 personnes qui se sont déplacées suite à ces violences persistantes. La plupart d’entre elles sont hébergées dans des familles d’accueil lesquelles subissent une pression sur leurs ressources et sont d’autant plus vulnérables tandis que les autres populations déplacées vivent dans des écoles ou des églises, dans des conditions de vie particulièrement précaires.

Le Coordonnateur humanitaire adjoint, M. Diego Zorrilla, effectuera prochainement une mission à Beni afin de renforcer la visibilité autour de cette crise et de mobiliser les acteurs pour assurer une réponse rapide aux populations qui ont été contraintes au déplacement, fuyant les atrocités perpétrées par les éléments armés.

« Ces populations ont vécu l’horreur et leurs besoins humanitaires sont très importants. Elles ont vu leurs proches se faire tuer et ont assisté impuissantes, au pillage de leurs biens et à l’incendie de leurs habitations. Il faut leur apporter une assistance, car en plus du traumatisme subi, elles ont tout perdu dans leur fuite. » affirme M. McLachlan-Karr.

« Les besoins de ces personnes déplacées et des familles hôtes sont immenses tant en protection, abris, en articles ménagers essentiels, en santé, en assistance alimentaire qu’en eau, hygiène et assainissement. L’assistance humanitaire doit leur être délivrée au plus tôt », a ajouté le Coordonnateur humanitaire.

Pour rappel, depuis fin 2020 les attaques des rebelles Ougandais ADF se sont intensifiées contre la population et l’armée congolaise. Le bilan le plus lourd reste celui des attaques multiples à Loselose en secteur de Ruwenzori où plus de 50 morts y ont été enregistrés y compris des civils et militaires.

Barak Munyampfura Héritier

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 1 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?