Monde

RDC : 10 ans du Rapport Mapping : Kinshasa et l’ONU appelés à prendre des mesures concrètes pour mettre fin à l’impunité (HRW et Amnesty)

KINSHASA, le 01 Octobre 2020 MNCTVCONGO—— Les autorités congolaises et l’ONU n’ont pas fait suffisamment d’efforts pour demander des comptes aux auteurs de violations des droits humains et rendre justice aux victimes dix ans après la publication du Rapport historique des Nations Unies sur l’exercice de cartographie du Congo en octobre 2010.

Ceci ressort d’une déclaration commune ce jeudi 01 octobre de l’Amnesty International et Human Rights Watch en rapport avec la cartographie qui a documenté plus de 600 incidents de violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commis en République démocratique du Congo entre mars 1993 et ​​juin 2003 inclue dans le Rapport Mapping.

« L’incapacité d’identifier et de mettre en place des mécanismes adéquats pour rendre justice et réparations a laissé des milliers de victimes et leurs familles sans défense. En conséquence, l’impunité généralisée continue de régner au Congo et dans l’ensemble de la région, contribuant à la répétition des meurtres et autres crimes graves.», a déclaré Deprose Muchena, directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Est et australe.

Le président Félix Tshisekedi devrait faire de la lutte contre l’impunité une priorité de son administration et prendre des mesures significatives pour responsabiliser les responsables des violations des droits humains passées et présentes, ont déclaré les organisations.

L’ONU a commandé le projet de cartographie du Congo à la suite de la découverte de trois fosses communes dans la province du Nord-Kivu, dans l’Est du Congo, en 2005 et a publié ses résultats le 1er octobre 2010. Le rapport de l’exercice de cartographie du Congo décrit de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, concluant que la majorité des abus documentés sont qualifiés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

En référence à des événements particuliers survenus entre 1996 et 1997, le rapport soulevait la question de savoir si certains crimes commis par les troupes rwandaises et leur allié congolais, l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre), contre les réfugiés hutus rwandais et les citoyens hutus congolais pourraient être qualifiés de « crimes de génocide ». Il a précisé qu’un tribunal compétent devrait prendre cette décision.

Toutes les violations et abus documentés dans le rapport ont été commis par une série d’acteurs, y compris des armées étrangères, des groupes rebelles et des forces gouvernementales congolaises, dans des vagues de violence qui ont ravagé le pays entre 1993 et ​​2003.

En plus de dénoncer les violations et abus graves, les chercheurs ont évalué la capacité du système judiciaire congolais à traiter de manière adéquate les crimes documentés, et ont proposé des réformes et des mécanismes judiciaires alternatifs qui pourraient rendre justice et réparation. Mais aucune des recommandations du rapport de cartographie n’a été mise en œuvre, et la plupart des crimes documentés restent impunis.

Bien que des efforts aient été faits pour enquêter et poursuivre les crimes graves au cours des 10 dernières années, principalement par le biais des tribunaux militaires, ils ont confirmé de graves lacunes dans le système de justice interne. Alors qu’en 2004 la Cour pénale internationale (CPI) a ouvert des enquêtes sur des crimes graves commis au Congo après le 1er juillet 2002, de nombreux événements décrits dans le rapport de cartographie se sont produits avant cette date.

La CPI a condamné trois anciens chefs rebelles pour les atrocités commises en Ituri en 2002-2003, mais les affaires du Congo portées devant la CPI n’ont pas abordé la question de la responsabilité des hauts responsables politiques et militaires.

« Le rapport de cartographie des Nations Unies reste un rappel puissant des crimes commis au Congo, de l’absence choquante de justice et des conséquences de l’impunité », a déclaré Thomas Fessy, chercheur principal sur le Congo à Human Rights Watch. « Dix ans plus tard, les autorités congolaises et les partenaires internationaux devraient prendre des mesures sérieuses pour renforcer le système judiciaire national et mettre en place un mécanisme internationalisé qui garantira une justice crédible et indépendante pour les crimes passés et présents. »

Barak Munyampfura Héritier

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Résoudre : *
19 × 3 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?