Monde

Nord-Kivu : Afrika Amani dénonce la persistance des barrières illégales et la tracasserie militaire sur la route principale Goma-Rutshuru

GOMA, le 07 Avril 2021 MNCTVCONGO—— L’Organisation Afrika Amani accuse les éléments des FARDC basés sur le tronçon Goma-Rutshuru d’entretenir des barrières illégales et de tracasser les populations civiles qui empruntent cette route, particulièrement des usagers des motos. Son chargé de communication Théoneste Bahati Gakuru pointe du doigt les éléments FARDC basés sur ce tronçon qui font payer obligatoirement aux taxis motos une somme de 500 à 1 000 FC.

” Les usagers de la route principale Goma-Rutshuru sont soumis à des tracasseries militaires qui leurs sont imposées par les militaires loyalistes basés sur le tronçon. Des militaires FARDC vont même au-delà jusqu’à arrêter pendant plusieurs heures les motards et leurs clients qui ne parviennent pas à payer quelque chose pour leur passage. C’est inadmissible. Cette pratique doit s’arrêter », révèle Monsieur Théoneste Bahati, activiste des droits humains et chargé de communication de l’organisation Afrika Amani.

Il y a une barrière à Kako, deux barrières à Biruma dont l’une en plein centre de Biruma, une barrière à Katale, une autre après Buvunga en plein Parc national des Virunga, une autre sur l’entrée de Rumangabo, une barrière à Rugari et enfin deux autres barrières à Mwaro en plein Parc national des Virunga. Sur toutes ces barrières, les motards et leurs clients sont contraints de payer une somme allant de 500 à 1 000 FC à chaque barrière, soit une somme allant de 3 000 FC à 5 000 FC sur toutes ces barrières en général, précise-t-il.

Pour Théoneste Bahati, ces actes peuvent être à la base de la méfiance entre civils et militaires. Ils devraient donc s’arrêter immédiatement :

« Nous sollicitons l’implication des autorités. La hiérarchie militaire devrait normalement rappeler ces éléments FARDC basés sur ce tronçon à l’ordre. Le mariage civilo-militaire devrait plutôt être renforcé. Ces actes de tracasserie pourraient être à la base de la rupture de ce mariage. », poursuit-il.

Barak Munyampfura Héritier

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?