Monde

Lubumbashi : Le mouvement citoyen « la Voix du peuple » exige la démission du Maire pour mauvaise gestion

LUBUMBASHI, le 15 septembre 2020 MNCTV CONGO—— Le mouvement citoyen « la Voix du peuple » a organisé un sit-in ce mardi 15 septembre 2020, devant la Mairie de la ville de Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga pour exiger le départ du Maire de la ville, Guylain Robert Lubaba Buluma.

Les jeunes de ce mouvement citoyen reproche au Maire de la ville d’être incompétent dans la gestion de la crise sécuritaire que connaît la ville de Lubumbashi, mais également sur d’autres questions relevant de sa responsabilité.

« Dans l’avant-midi de ce quinze septembre 2020, le mouvement citoyen la voix du peuple a pris d’assaut la mairie de la ville de Lubumbashi par un sit-in pour demander la démission du Maire de la ville de Lubumbashi qui a fait montre des limites dans la gestion de cette municipalité ; alors que président du conseil urbain de sécurité est incapable d’entreprendre les moindres initiatives pour contrer les malfrats qui sèment la peur et la terreur dans le chef de la population Lushoise », a indiqué Héritier Mulumbwa, membre de la Voix du peuple.

Et d’ajouter :

« Bien que La ville de Lubumbashi est le chef-lieu de la Province du Haut-Katanga c’est le Maire de la ville qui est l’autorité numéro one habilitée à faire appliquer, respecter et même restaurer l’autorité de l’Etat, mais par manque d’un leadership clairvoyant, innovant, proactif dynamisme il s’est englouti et ce dernier n’a comme prérogatives aller couper les rubans symboliques lorsqu’invité par le bourgmestre soit de la commune de Kampemba soit de la commune annexe et aller à la visite des familles victimes de criminalité. »

Ces militants déplorent également le fait que le Maire est incapable de faire appliquer et respecter ses arrêtés urbains, notamment dans le domaine de transport où chaque ligne de transport a son prix au mépris de celui que la mairie a fixé. Mais aussi son absence depuis la prise de ses fonctions qui fait que les choses vont de mal en pis dans la ville cuprifère et certaines personnes de certains partis politiques se substituent en percepteurs d’argent auprès des transporteurs en commun sans qu’elles ne soient ni de MUC ni D’ACCO moins encore de TRANSCOM.

À noter qu’un mémo a été lu et déposé entre les mains du Conseiller juridique du Maire de la ville qui a promis aux manifestants de le transmettre à l’autorité urbaine.

Richard Muteta

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 × 9 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer