Monde

Le Président Félix Tshisekedi appelle à la promotion d’un partenariat Russie-Afrique mutuellement avantageux

Par ACP

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a appelé jeudi, à un partenariat  Russie-Afrique mutuellement avantageux, dans son allocution prononcée jeudi, au sommet Russie-Afrique organisé du 23 au 24 octobre, à Sotchi, en Russie.

Selon le Président Félix Tshisekedi, le forum économique Russie-Afrique était judicieux pour réfléchir sur les orientations nouvelles et fortes dans les relations économiques entre la Russie et l’Afrique.

« Ces assises de Sotchi ne seront qu’un succès dans la mesure où la mise en œuvre de leurs résolutions permettra notamment l’installation des usines locales de transformation dans les secteurs des industries extractives et de l’agro-alimentaire, le transfert de technologies, la modernisation des infrastructures et l’accessibilité au financement innovant des investissements », a expliqué le Chef de l’Etat.

Le Chef de l’Etat a officiellement invité le Président de la Fédération de Russie à venir en RDCen 2021, a-t-on lu dans le compte twitter de la Présidence de la République.

Ouverture au monde, principe directeur de lapolitique étrangère de la RDC

« Les impératifs de coopération et de développement ont conduit mon pays à adopter le bon voisinage et l’ouverture au monde  comme principe directeur de notre politique étrangère qui met l’intérêt supérieur de l’homme congolais au centre de partenariats porteurs de croissance forte et inclusive », a affirmé le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Il a fait savoir que la RDC mesure l’importance des dialogues de civilisations et du respect de souveraineté nationale, poursuivant qu’elle a été longtemps victime de reculs et de conflits socio-économiques.

Les efforts des pays africains pour le développement et le mieux être social sont sérieusement handicapés, a-t-il fait remarquer, par manque de vision politique commune et concertée. Il a ajouté que  le forum de Sotchi devra répondre aux attentes des parties prenantes pour un partenariat bénéfique pour la Russie et l’Afrique.

La RDC demeure un maillot important dans le développement de l’Afrique 

« Du fait de sa population, de sa superficie, de son écosystème, de ses ressources du sol et du sous-sol et de son potentiel hydro-électrique, la RDC qui partage ses frontières avec neuf pays, demeure un maillot important dans le développement de l’Afrique », a souligné le Président de la République, signalant par ailleurs, que selon la BAD, l’Afrique a besoin d’important investissement situé entre 130 et 170 milliards Us par an avec un gap de 68 à 108 milliards Us.

La forte dépendance au secteur minier n’a été propice, a-t-il dit, à l’émergence des économies africaines, avant de préciser que en RDC, entre 2010 et 2014, les entreprises minières et pétrolières ont mobilisé de revenus de l’ordre de 48 milliards et demi Us, alors que le pays en tirait que 6 milliards de revenus.

« Les multinationales investissent continuellement en RDC comme dans les autres pays africains à haut potentiel minier, il est cependant surprenant de constater qu’elles sont peu sensibles au sirène entretenu par les médias dominants à l’échelle mondiale qui dépeignent le continent comme le réservoir de tous les malheurs, la zone rouge de tous les investisseurs », a indiqué le Chef de l’Etat.

Le primat de l’agriculture sur les mines

« Le modèle de développement durable que je choisis consacre le primat de l’agriculture sur les mines », a affirmé le Chef de l’Etat, soulignant que  le Lac Tanganyika, le plus poissonneux, le deuxième au monde par le volume et la profondeur, avec ses 120 millions d’hectares de terres arables,  peut permettre à la RDC d’atteindre l’autosuffisance alimentaire et nourrir deux milliards de personnes en résorbant ainsi deux fois le déficit alimentaire mondial.

Le chemin qui amène de la pauvreté au bien-être a été balisé, a-t-il dit, par les agendas 2030 des Nations unies et 2063 de l’Union africaine auxquels s’ajoute le lancement de la Zone de libre échange pour lequel l’Afrique sollicite l’accompagnement de la Communauté internationale  en général, et de la Russie en particulier.

Partisan d’un nouvel ordre politique, d’un nouvel ordre mondial plus équilibré  et plus inclusif, je m’associe à la volonté exprimée pour demander que la Russie réintègre le G7, a indiqué le Président de la République, poursuivant que l’Afrique attend demeurer en dehors des rivalités de grandes puissances. 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 10 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?