Monde

Ituri : Massacres de plus de 58 personnes de la communauté Banyabwisha : Théoneste Gakuru dénonce des attaques ciblées

BUNIA, le 15 septentrionale 2020 MNCTV CONGO—— Quelques jours après les massacres de plus de 58 personnes dans la province de l’ituri en territoire d’Irumu des voix se lèvent pour dénoncer ce carnage de Keti et Belu, deux villages situés en chefferie de Banyali-Chabi.

Théoneste Bahati Gakuru, un défenseur des droits humains, affirme que cette attaque était une cible à la communauté Banyabwisha (Hutu). Pour lui c’est un acte de génocide.

« Le récent massacre des civil à Keti et Belu dans la province de l’Ituri est inadmissible et inacceptable. Attaquer les civils et les sélectionner sur base de leur appartenance communautaire, n’est pas loin d’un acte de génocide. Nous exigeons une enquête sérieuse et que cela s’arrête. Nous sommes fatigués de pleurer nos compatriotes. Des attaques contre les civils quelles que soient leurs origines, doivent cesser », a déclaré Théoneste Bahati Gakuru ce mardi.

Pour ce jeune défenseur des droits humains, les autorités locales et surtout politiques devraient avoir un langage de rassembleur et non divisionniste pour éviter la haine au sein des communautés.

« Nous condamnons les gens et certaines autorités qui tiennent des discours divisionnistes qui peuvent allumer le feu au sein des communautés. Nous appelons les communautés locales à se méfier de ça et à œuvrer pour la cohabitation pacifique. Nous sollicitons aussi auprès du Gouvernement congolais une assistance des victimes de ce carnage », a-t-il poursuivi.

Les FARDC devraient éviter à jouer à la défensive. Ce qui inquiète, d’après lui, les habitants d’Irumu, nouveau foyer de violences.

« Les tueries d’Irumu devraient attirer l’attention particulière des forces loyalistes. Les FARDC doivent lancer les opérations de grande envergure pour assainir la Zone. Mais aussi, nous appelons les populations civiles à collaborer avec les services de sécurité et dénoncer tous les mouvements suspects auprès des forces de sécurité. », a soutenu Théoneste Bahati Gakuru.

Rappelons que la province de l’Ituri est victime de massacres depuis plus d’une année de la part rebelles CODECO et Ougandais ADF. Le Jeudi 10 septembre plus de 58 personnes avaient été sauvagement massacrées par des présumés rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) à Keti et Belu, deux villages proches situés dans la chefferie de Banyali-Chabi (territoire d’Irumu).

Ces massacres avaient créés des vives remous en RDC. Au sein de la communauté Hutu congolais certaines langues avait attribué cette attaque à certains extrémistes à l’esprit xénophobe qui ne veulent pas la présence des Banyabwisha (hutu) congolais dans l’espace Ituri.

Barak Munyampfura Héritier

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 ⁄ 2 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer