Monde

Haut-Katanga : Moïse Katumbi récupère officiellement son entreprise MCK

LUBUMBASHI, le 25 septembre 2020 MNCTVCONGO—— L’opposant congolais et Coordonnateur du Club Omnisports Tout Puissant Mazembe, Moïse Katumbi Chapwe, a récupéré officiellement, ce vendredi 25 septembre 2020, son entreprise Mining Compagny of Katanga (MCK), détenue depuis quelques années maintenant par l’homme d’affaires franco-italien Pascal Beveraggi et transformé en NB Mining Afrika. 

En effet, c’est dans le cadre de l’exécution des jugements du 25 mars 2020 de la Cour de Cassation congolaise et du 29 août 2020 du Tribunal de Commerce de Kolwezi, pour transfert des propriétés des actifs de la société Octavia LTD exploités par la filiale NB Mining Afrika et représenté par Pascal Beveraggi, au profit de la société de droit mauricienne Astalia Investment LTD. 

Ce vendredi matin, accompagnés de quelques éléments de la Police nationale Congolaise, les travailleurs de MCK ont regagné les installations de l’entreprise située sur la route Kinsevere à quelques kilomètres du centre ville de Lubumbashi. 

D’aucun pense déjà à la fin de la saga économico-judiciaire débutée en novembre 2015 avec la vente de la société de sous-traitance minière Mining Company of Katanga (MCK) de Moïse Katumbi à Necotrans Mining, une société de droit mauricien, alors propriété du français Necotrans Holding.

Cependant, dans le camp Pascal Beveraggi qui conteste les deux jugements de la Cour de Cassation congolaise et du Tribunal de Commerce de Kolwezi, on dénonce une manipulation de la justice. Ses avocats appellent ainsi le président de la République Félix Tshisekedi à s’impliquer pour que leur client soit rétabli dans ses droits et annoncent que l’affaire n’est pas close.

Pour rappel, la Cour de Cassation française à travers sa chambre commerciale, financière et économique avait également par son arrêt rendu le 05 février 2020 donné raison à l’ancien gouverneur du Katanga, en confirmant les arrêts de la Cour d’appel de Paris attaqués devant elle, qui annulaient la cession de 85 % des actions de Necotrans Mining (la société mère étant en redressement judiciaire) au profit de la société Octavia de Pascal Beveraggi. 

La Cour de cassation française avait confirmé que les actions de la société Necotrans Mining, détenues par Necotrans Holding, société de droit français, étaient inaliénables tant que le prix de cession n’a pas été intégralement payé. Ce qui est le cas puisque seuls 20 millions sur les 140 convenus lors de la vente ont été acquittés. Les actifs de MCK n’auraient donc jamais dû être cédés. Leur vente à Octavia est ainsi frappée de nullité. Cette société est réputée n’en avoir jamais été propriétaire. 

Richard Muteta

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 20 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?