Monde

Goma : Réunion des experts des services de sécurité et civils de la CIRGL pour élaborer un plan commun afin d’éradiquer les groupes armés dans la région

GOMA, le 05 Mai 2021 MNCTV—— Les experts de services de sécurité et de la société civile des pays de la région des Grands Lacs dont le Burundi, la RDC, le Rwanda, l’Ouganda et la Tanzanie se réunissent du 3 au 6 Mai 2021 à Goma en RDC. 

Selon le Coordonnateur adjoint du Mécanisme National de suivi de l’accord cadre d’Addis abeba, cette rencontre a pour objectif d’élaborer le plan d’actions du Groupe de contact et de coordination institué dans le cadre de la mise en œuvre d’une nouvelle approche globale de lutte contre les forces négatives à l’est de la RDC.

« Nous sommes ici à Goma dans le cadre des décisions des Chefs d’État et des gouvernements qui se sont réunis à Kampala le 08 octobre 2018 dans le Mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre pour la paix pour mettre en terme les groupes armés qui écument la région et l’est de la RDC. Aujourd’hui nous sommes à Goma pour opérationnaliser les groupes des contacts et des coordinations. Ce vivier d’informations visant à promouvoir les mesures non militaires qui doivent aller en accompagnement aux mesures militaires en cours », a indiqué Patrick Mutombo Kambila, Coordonnateur adjoint du mécanisme de suivi de l’Accord cadre d’Addis-Abeba.  

« Nous sommes venus en RDC pour trouver une solution à l’insécurité dans la région des Grand-Lacs. Après ces échanges nous espérons que des stratégies qui ne sont pas militaires seront définies afin de permettre le retour de la paix dans la zone. », a déclaré de son côté Ali Ubwa Mussa du ministère des affaires étrangères de la République Unie de Tanzanie.

Le Mécanisme National appelle les pays voisins de la RDC à respecter leurs engagements dans l’accord cadre. 

« Nous réfléchissons aussi comment couper les chaînes de commandement et ravitaillement en hommes, munitions, armes, même des recrutements dans des camps des réfugiés pour le compte des groupes armés dans l’Est du pays. L’application de l’accord cadre est de bonne foi. Nous demandons aux autres pays signataires de l’accord cadre de faire leur part en usant de bonne foi pour accompagner le Président Félix Tshisekedi, afin de permettre le retour de la paix dans l’est de la RDC », a renchérit le Coordonnateur adjoint du mécanisme de suivi de l’Accord cadre d’Addis-Abeba.  

L’établissement du Groupe de contact et de coordination résulte d’un consensus entre les chefs des services des renseignements militaires et civils des pays ci-haut mentionnés sur la nécessité de compléter l’action militaire contre les groupes armés à l’est de la RDC par des mesures non militaires, afin de parvenir à une éradication effective de ces forces négatives.

L’approche suggérée à travers le Groupe de contact et de coordination vise aussi à impliquer davantage les organisations de la société civile, les communautés locales, les autorités provinciales et les Commissions nationales de Désarmement, de démobilisation et réintégration (DDR) dans les efforts de pacification et de stabilisation de la région.

Le mandat du Groupe de contact est de coordonner et de superviser la mise en œuvre des mesures non militaires en complément des opérations militaires en cours dans la région. Cette initiative fait suite à l’approbation de la Stratégie des Nations Unies pour la consolidation de la paix, la prévention et le règlement des conflits dans la région des Grands Lacs (S/2020/1168) par le Secrétaire général des Nations Unies en octobre 2020. Elle fait suite également à l’approbation des Chefs d’Etat lors du 8ème sommet ordinaire de la CIRGL d’une approche globale dans la lutte contre les forces négatives, ainsi que de la création, le 20 novembre 2020, de ce Groupe.

Barak Munyampfura Héritier

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 × 25 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
× Comment puis-je vous aider ?