Monde

Rutshuru : Le REDHODEP appelle le Chef de l’État à se saisir du cas de 800 ménages des refoulés depuis 4 ans dans le Sud de Lubero

RUTSHURU, le 15 Octobre 2020 MNCTVCONGO—— Plus de 800 ménages en majorité de la communauté hutu croupisssent dans la souffrance dans le camp des déplacés de Nyongera en territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu. Ces congolais sont essentiellement des refoulés du Sud de Lubero depuis déjà plus de 4 ans par les groupes armés.

L’organisation Réseau des droits de l’homme pour le développement et paix, REDHODEP, qui s’indigne contre cette situation dit saisir immédiatement le chef de l’État en l’appelant à s’impliquer pour remettre ces congolais dans leurs droits.

« Il est inadmissible que les gens puissent être privés de vivre paisiblement dans leur propre pays. On ne peut pas accepter qu’un groupe armé se fasse la loi et les privilèges de chasser les populations d’une manière illégale et les contraindre à vivre d’une manière inhumaine. Tout doit être fait dans la mesure du possible pour que ces citoyens regagnent leurs domiciles. », explique Théoneste Bahati, chargé de communication de l’organisation REDHODEP ONG DH.

Cette organisation estime que le silence du gouvernement face à cette situation humanitaire crée beaucoup de questionnements. Elle devrait tout mettre en œuvre et assainir cette Zone. Traquer ces groupes armés qui font la loi dans cette partie du Sud de Lubero et ainsi permettre le retour apaisé de ces déplacés qui souffrent déjà .

« Nous regrettons de constater que les enfants vont encore rater l’année scolaire. C’est donc la cinquième année qu’ils vont perdre. Imaginez encore dans cette période pluvieuse sans abris. Il faut y ajouter aussi l’absence des soins appropriés et le manque d’assistance en nourriture. Ne pas écouter les cris de ces déplacés en souffrance, constitue une violation grave des droits humains. L’être humain doit vivre dans ses droits », martèle Monsieur Théoneste Bahati.

Nous saisissons le chef de l’État et allons mettre tout au clair pour que le chef de l’État puisse s’y impliquer et trouver solution adéquate à ce peuple, renchérit-il.

Le Réseau des droits de l’homme pour le développement et paix fustige aussi le fait de voir que cette question des déplacés soit classée dans les oubliettes des institutions qui sont censées trouver la solution. REDHODEP ONG DH dénonce le silence du Barza intercommunautaire du Nord-Kivu et des autres acteurs clés.

Barak Munyampfura Héritier

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 + 17 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer